Le Livret A pour vos petits-enfants

Publié le 29 oct 2014

En tant que grands-parents, on peut souhaiter placer de l’argent sur des comptes aux noms de ses petits-enfants. Le Livret A est une solution d’épargne incontournable sur le marché.

Présentation

Le principal atout du Livret A est son rendement garanti toujours au-dessus de l’inflation. Il est actuellement de 1,75 %. D’autre part, la rémunération du Livret A est exonérée de prélèvements sociaux et d’impôt. Enfin, son plafond est de 22 950 €.

Certaines banques ont mis en place des Livrets A dédiés aux plus jeunes. La Société Générale a lancé le Livret A « Cox et Nel » représenté par deux « super coccinelles » avec, à chaque ouverture de compte, 15 € offerts et un cadeau.

BNP Paribas, quant à elle, offre un doudou en plus des 15 €, pour toute ouverture d’un compte Livret A Baby.

Inconvénient du Livret A

Chaque enfant ne peut avoir qu’un seul Livret A à son nom donc si les parents ou d’autres membres de la famille en ont déjà ouvert un, il faudra choisir un autre type d’épargne.

Le Livret Jeune comme placement pour ses petits-enfants

Publié le 29 oct 2014

Le Livret Jeune est généralement considéré comme le « premier compte » pour un enfant. Il peut offrir une rémunération intéressante mais les grands-parents n’ont pas la possibilité d’en ouvrir un eux-mêmes.

Le Livret Jeune : présentation

Le Livret Jeune est réservé aux 12-25 ans. Comme pour le Livret A, ses intérêts sont exonérés de prélèvements sociaux et d’impôt. Par contre, son rendement est supérieur : 3 % à la Banque postale ou à la Société générale, 2,75 % chez LCL...

Pour les moins de 12 ans, il existe des livrets « enfants » dont le rendement est supérieur, dans la limite d’un plafond (Ex : Crédit Agricole - rendement : 2 % - plafond : 2000 €). Mais contrairement au Livret Jeune, sa rémunération est imposable et sujette aux prélèvements sociaux.

Parmi ces livrets « enfants », on peut citer Tiwi au Crédit Agricole ou Zébulon chez LCL.

Inconvénient du Livret Jeune

Le Livret Jeune considéré comme un premier compte n’est pas adapté aux grands-parents souhaitant constituer un capital pour l’avenir de leurs petits-enfants.

En effet, ils n’ont pas la possibilité d’ouvrir eux-mêmes le compte, ensuite ils ne peuvent pas verser de l’argent directement sur le livret, ils peuvent uniquement donner de l’argent à l’enfant qui, lui-même, le déposera sur son compte.

D’autre part, le plafond du Livret Jeune n’est que de 1600 €.

Le PEL (Plan Épargne Logement)

Publié le 29 oct 2014

Chaque enfant peut ouvrir un seul Plan Épargne Logement (PEL). Sa rémunération est avantageuse et il donne droit à un prêt immobilier à un taux intéressant. Cela dit, le PEL nécessite un premier versement plus important que le Livret A ou le Livret Jeune et impose un versement minimum chaque année.

Présentation

Le PEL (Plan Épargne Logement) offre une rémunération garantie et relativement intéressante. Pour toute souscription à un PEL aujourd’hui, le rendement est fixé à 2,50 % par an, pendant 15 ans, sans risque de modification. Son plafond s’élève à 61 200 €.

Les intérêts d’un Plan Épargne Logement sont exonérés d’impôt mais ils sont soumis aux prélèvements sociaux à hauteur de 15,5 %. Une fois ces derniers déduits, le rendement net revient à 2,11 %, ce qui reste au-dessus de la rémunération du Livret A.

D’autre part, le PEL permet de bénéficier d’un prêt immobilier à un taux défini à l’avance de 4,20 %.

Inconvénient du PEL

Le PEL nécessite un investissement initial d’au moins 225 €, ensuite il faut verser au minimum 540 € par an, en une ou plusieurs fois.

Si cette deuxième condition n’est pas tenue, le compte est automatiquement clôturé.

Ouvrir une assurance vie pour ses petits-enfants

Publié le 3 nov 2014

L’assurance-vie est un placement financier particulièrement intéressant sur le moyen terme. Les grands-parents ont la possibilité d’ouvrir un contrat directement au nom de leur l’enfant ou à leur nom puis d’en faire bénéficier le l’enfant à leur décès.

Assurance-vie : présentation

Le contrat d’assurance-vie est l’une des solutions d’épargne les plus rémunératrices. 

L’année dernière, les meilleurs contrats basés sur des fonds en euros sans risques ont rapporté plus de 3 %.

L’assurance-vie n’est pas imposable mais elle est soumise aux 15,5 % de prélèvements sociaux. 

Les grands-parents peuvent tout à fait souscrire à un contrat d’assurance-vie au nom de l’un de leurs petits-enfants. Il existe d’ailleurs des contrats spécifiques pour ce type de demande : Érable Évolutions Gestion Junior à la Société Générale, Gulliver chez LCL, ou encore Vers l’avenir au Crédit Agricole...

Autre solution, les grands-parents peuvent choisir d’ouvrir un contrat assurance-vie à leur nom et de designer le l’enfant en tant que bénéficiaire. Ainsi les grands-parents gèrent leur capital comme ils le souhaitent et à leur décès, le l’enfant hérite de ce capital sans impôts dans certaines limites. S’il est mineur, ce sont les parents qui se chargent de la gestion jusqu’à la majorité de l’enfant.

Inconvénients

Certains contrats assurance-vie peuvent être en partie basés sur des fonds euros « dynamiques » ce qui signifie que le capital n’est pas garanti mais, inversement, si les marchés financiers sont porteurs, ils peuvent se révéler très rémunérateurs. 

Mieux vaut donc bien vérifier le contrat d’assurance-vie avant d’y souscrire pour choisir une formule correspondant parfaitement à ses envies.

La rentabilité d’une assurance-vie n’est réellement intéressante qu’après huit ans. En effet, si l’enfant, à sa majorité, souhaite retirer tout ou partie de son argent avant ce délai, les plus-values de son épargne seront ajoutées à son revenu imposable

Placements pour ses petits-enfants : qui gère ?

Publié le 3 nov 2014

À défaut, ce sont les parents qui sont légalement responsables des biens de leur enfant mais, dans le cadre d’importantes sommes versées par les grands-parents il peut être conseillé d’établir un pacte adjoint.

Le rôle des parents

Même si ce sont les grands-parents qui ont ouvert un placement pour leur petit-fils ou leur petite-fille, les parents restent les représentants légaux de ce dernier.

Ainsi, pour toute souscription à un contrat, quel qu’il soit, les parents doivent apposer leur signature et présenter le livret de famille.

En plus de cela, ils bénéficient d’un droit de jouissance sur le patrimoine de leur enfant, jusqu’à ses 16 ans, ce qui les autorise à gérer ses placements comme bon leur semble.

Le pacte adjoint

Dans le cadre d’un versement important de la part des grands-parents, les banques ou les assurances peuvent proposer de déclarer ces dons manuels aux impôts (exonérés selon certains plafonds) et d’établir un pacte adjoint entre les grands-parents et les parents.

Ce pacte atteste des conditions de don. Les grands-parents peuvent alors s’occuper de la gestion du patrimoine de l’enfant jusqu’à sa majorité voire un peu plus (25 ans maximum).

Il peut également être intéressant de faire appel à un notaire qui, selon les cas, est susceptible de conseiller une donation notariée plutôt qu’un placement.