Aménager le jardin pour plus de sécurité

Publié le 19 mai 2014

Pour nombre de personnes âgées, le jardinage est une activité dont ils raffolent, notamment parce qu’elle permet d’évacuer l’esprit mais aussi parce que, quelque soit la surface du jardin, cela leur permet de se rapprocher de la nature et de s’évader.

Toutefois, tout comme la maison, ce dernier réunit à lui seul de nombreux dangers pour une personne en perte de mobilité. Et, si quelqu’un ne se trouve pas à proximité pour secourir une personne en difficulté, les accidents peuvent y être lourds de conséquences.

Julie vous livre quelques conseils à suivre pour jardiner en toute tranquillité :

  1. Ne laissez pas traîner d’outils au sol sur lesquels votre proche pourrait trébucher.
  2. Eclairez bien le jardin, notamment dans le cas où vos parents ou grands-parents aiment s’y balader aux aurores ou au coucher du soleil ou encore y prendre leur petit-déjeuner.
  3. Evitez les terrasses surélevées, notamment avec des lames en bois qu'ils risquent de heurter.
  4. Installez des détecteurs de chute ou sensibilisez vos proches pour qu’ils s’équipent d’un appareil de téléassistance lorsqu’ils jardinent ou se promènent à l'extérieur (sachez que cette dernière solution est la plus risquée car tout le monde n’accepte pas de porter ce type d’appareil et bien souvent il est oublié dans un coin de la maison).
  5. Déblayez les allées en coupant les arbustes qui encombrent le passage.
  6. Evitez les paillassons ou encastrez-les dans le sol pour éviter qu’un des coins ressortent.
  7. Il vaut mieux éviter les sols instables ou glissants comme les passages recouverts de galets ou de cailloux.

L'astuce de Julie

Pour les personnes ne pouvant pas rester debout trop longtemps, il existe des mini-potagers montés sur tables ajustables afin de s’adapter à la hauteur d’un fauteuil roulant par exemple. Idéals pour les appartements !

Les conseils clés de Julie pour l’aménagement du domicile

Publié le 19 mai 2014

Rester chez soi n’a jamais été autant plébiscité par les français. Le maintien à domicile est facilité par le développement des services à domicile et des équipements dédiés afin de prévenir les risques de chutes, améliorer le confort et simplifier la vie des personnes âgées.

Julie vous donne quelques conseils pour adapter votre domicile à vos besoins :

1. Déblayez le sol

Il est indispensable de supprimer tous les obstacles : les tapis doivent être fixés au sol par du ruban adhésif double face ou posséder une surface antidérapante. L’essentiel réside dans le fait que les coins doivent toujours être collés au sol.

Les vieux parquets possèdent parfois des lames surélevées qui peuvent faire trébucher les résidents.

Il faut également faire attention aux pièces où le sol peut être humide comme la salle de bain par exemple. Dans ces cas là, il est recommandé de s’équiper de sols antidérapants.

Evitez également les meubles bas sur lesquels on peut facilement se heurter si on n’y prête pas attention. Dégagez aussi les fils électriques et les chargeurs dans lesquels on peut se prendre les pieds.

L’astuce de Julie ?

Pensez à la moquette ! Elle permet d’éviter les glissades. En cas de chute, l’atterrissage sera moins violent.

2. Prévoir des appuis dispatchés partout dans le logement

Ces appuis peuvent tout simplement être des meubles à la hauteur des hanches placés à des endroits stratégiques. Il est aussi possible d’installer des barres de maintien placées sur le parcours de l’usager. Le plus important est de créer des repères et d’éviter que votre proche ne s’appuie sur des meubles instables comme un dossier de chaise.

3. Réorganiser les rangements

Des petites choses toute simples peuvent réellement changer le quotidien des personnes âgées, il faut juste y penser. Par exemple, descendre les objets utiles d’un ou deux crans dans le placard. Installer des téléphones dans chaques pièces à vivre rassurera à la fois votre proche et vous.

4. Accorder une vigilance particulière aux escaliers

Les escaliers sont sûrement le pire ennemi des personnes en perte d’autonomie qui souhaitent rester chez elles.

Ces derniers doivent être impérativement désencombrés de tout objet et posséder une rampe. Les marches ne doivent pas être trop hautes ni trop profondes. Il est recommandé d’y ajouter un revêtement antidérapant sur le bord des marches.

Le conseil de Julie ?

Coller une bande fluo sur le rebord de celles-ci pour plus de visibilité.

Dans le cas où monter les escaliers deviendrait impossible, pensez à équiper les escaliers d’un monte-escalier ou d’un ascenseur si la configuration de la pièce le permet. Avant d’équiper le domicile, faites des demandes de devis et comparez ! C’est très important pour trouver l’équipement le plus adapté au meilleur prix.

5. Adapter la salle de bain

Rester chez soi ? Oui, mais pas dans n’importe quelle condition. Effectivement, le but du maintien à domicile et des solutions qui en découlent est d’être le plus autonome possible. On ne fait pas de concessions concernant la toilette.

Deux solutions s’offrent à vous :

  • La baignoire équipée d’une porte : étanche, elle permet de prendre un bain sans avoir besoin d’enjamber la paroi.
  • La douche à l’italienne appelée aussi la douche plain pied qui n’a pas de rebord ou très peu. Spacieuse, elle peut aisément accueillir un siège de douche.

La majorité des accidents arrivent dans la salle de bain, c’est pourquoi un revêtement antidérapant au sol est indispensable. Il convient également d’ajouter des barres de maintien aux endroits stratégiques : dans la douche et à la sortie par exemple.

6. La domotique : une solution qui fait des miracles

Il s’agit de mettre en réseau les équipements électriques de la maison : chauffage, éclairage, volets, alarme, …. Ces derniers sont ensuite contrôlés à distance à l’aide d’une télécommande ou encore d’un téléphone ou d’une tablette tactile. On parle alors de maison intelligente. 

En appliquant ces recommandations, vous vous assurez de la sécurité et du bien-être de votre proche. Bien évidemment, il est nécessaire de prendre en compte les besoins spécifiques à chacun et d’adapter en fonction.

 

Aménager la cuisine

Publié le 20 mai 2014

Pièce centrale de la maison, la cuisine à toute son importance, tout d’abord on y cuisine, on y mange et on s’y réunit. C’est pourquoi il est primordial de bien l’aménager. Elle doit être fonctionnelle, pratique, sécuritaire et pour cela il existe de nombreuses solutions selon les besoins de chacun.

Tout d’abord le sol, le revêtement habituel est le carrelage mais la cuisine reste une pièce d’eau et il faut donc prendre en compte que celui-ci risque d’être souvent glissant. D’autant plus que c’est une pièce ou les déplacements sont nombreux et à risque.
En effet, vous serez souvent amené à manipuler des plats chauds et parfois lourds, si l’on rajoute à cela les nombreuses projections d’eau le risque n’est pas négligeable.

Afin de le réduire 3 solutions sont possibles :

- Utiliser des tapis antidérapants (à placer sous vos tapis d’origines, qui n’étant pas fixé au sol représente un réel risque de glisse)
- les plateaux munis d’antidérapants ou encore la desserte roulante, cela vous évitera de porter vos plats.
- les ustensiles automatiques qui ne demandent pas beaucoup d’effort (ouvre bouteille automatique, robots etc.)

Si possible, au moment d’aménager votre cuisine, pensez à disposer votre électroménager de façon à réduire le plus possible vos déplacements.
Par exemple faites en sorte que les éléments principaux comme le réfrigérateur, les plaques électriques, l’évier et le four ne soient pas trop éloignés les uns des autres et que la poubelle se trouve à proximité du plan de travail tout comme les prises ; à la hauteur du plan de travail, elles seront bien plus faciles d’accès.

Enfin, sachez qu’il existe des solutions d’aménagements pour les personnes présentant un handicap, notamment pour les plaques de cuissons, souvent tactiles, elles ne conviennent plus aux personnes ayant une déficience visuelle. Il est alors possible de trouver des plaques avec de gros boutons ou encore de se procurer une poignée tournante multiprise (poignée au manche ergonomique qui permettra de manipuler facilement boutons ou poignée de porte).

Les robinets aussi peuvent s’adapter à vos besoins, il existe une multitude d’options :

- Les robinets mitigeurs avec indicateur de température afin d’écarter tout risque de brulures.

- Le robinet automatique ou adaptateur infrarouge pour faciliter son actionnement ou un simple tourne robinet.

- La douchette étirable qui permet de manipuler sans effort votre robinet.

Aussi il est nécessaire de bien s’éclairer, avec un bon éclairage principal et un autre au-dessus des plans de travail ; cela facilitera la découpe de vos aliments et évitera alors les « petits accidents ».

Nous finirons par le rangement, certainement l’aspect le plus important de la cuisine en commençant  par les placards : en termes de gain de place nous savons qu’il sera inévitable d’avoir des placards en hauteur et tout en bas, c’est alors juste une question d’organisation. Rangez les éléments les plus utilisés à portée de main, dans vos placards les plus accessibles et ceux que vous utilisez  occasionnellement dans vos placards les plus difficiles d’accès.

Puis, faites le tri dans votre cuisine, supprimez les éléments inutiles (chaise qui n’a pas sa place et bloque certains accès par exemple)
Enfin, sachez que tout est modifiable afin d’être plus fonctionnelle y compris le sens de la porte de votre réfrigérateur qui peut être inversée.

Aménager sa chambre pour plus d’autonomie

Publié le 20 mai 2014

La chambre, on y passe le plus clair de son temps. Souvent en intimité, il est important de s’y sentir bien, d’autant plus pour une personne souffrant d’un handicap ou une dépendance lui faisant perdre une partie de son autonomie.
En effet, il n’est pas toujours évident d’attendre l’aide d’une tierce personne pour les gestes simples du quotidien, c’est pourquoi il est important d’aménager sa chambre selon ses besoins. Pour cela, il existe des solutions simples permettant de maintenir un maximum d’autonomie.

Les risques : Comment les restreindre ?

Tout d’abord, limitons les risques en évitant les dangers inutiles : on essaiera, par exemple, de se débarrasser des tapis sur lesquels il est bien trop facile de trébucher.
Toutefois, s’il vous est difficile de vous en séparer il reste deux solutions : fixez-le avec de l’adhésif double face ou placer un antidérapant dessous. Néanmoins, la meilleure solution reste d’opter pour un revêtement non glissant comme la moquette.

Un autre danger non négligeable mais souvent ignoré, ce sont les fils électriques, nombreux ils s’emmêlent et sont présents dans tous les coins de nos maisons. Ils sont de vrais obstacles sur notre passage et constituent donc un risque. La meilleure chose à faire est alors de les regrouper soigneusement.

Mais l’élément indispensable qui permet d’éviter tout danger est de bien voir et pour cela une seule solution : bien s’éclairer ! Dans la mesure du possible, ne laissez aucun endroit sombre et placez vos interrupteurs aux endroits faciles d’accès (à l’entrée de la pièce et tout près de votre lit).

Des aménagements simples pour un quotidien plus agréable :

Une fois ces risques maitrisés, procéder à quelques installations bien pratiques qui vous faciliteront le quotidien.
A commencer par le moment du coucher qui peut s’avérer être un acte difficile en cas de dépendance et ce pour plusieurs raisons. La hauteur du lit ou le lit lui-même n’est pas adapté, l’occupant présente des problèmes moteurs et cela rend difficile le coucher, ou le sommeil (risque de chuter du lit pendant la nuit).

Des aménagements ingénieux sont possibles : pour les chutes fréquentes, sachez qu’il est possible de placer des barrières de lit et un matelas au sol pour plus de sécurité. Si les handicaps sont moteurs, une barre d’appui facilitera largement le coucher et le lever du lit. Si c’est la hauteur du lit qui n’est pas adaptée, il suffira de le remonter grâce à des blocs réhausseurs.
Enfin, pour plus de confort, installez une table de lit facilement accessible depuis votre lit afin d’avoir à portée de main les objets essentiels (lunettes, médicaments, téléphone, lampe de chevet). Si possible, équipez la d’un tapis antidérapant pour être sûr de ne rien faire tomber !
Aussi pensez à changer de matelas car certains provoquent des escarres.

Maintenir une certaine autonomie grâce à une bonne organisation :

L’intimité ne s’arrête pas là, il reste à adapter les placards ainsi que le dressing de sorte que la personne puisse se préparer seule et sans risques.
Le danger principal des rangements est la hauteur et la profondeur des étagères et penderies qui rendent difficile d’accès une bonne partie des affaires, représentant alors un vrai risque de chute.

Cependant une bonne organisation permet de limiter considérablement ces risques.
Dans un premier temps il est indispensable de faire un tri pour ne garder à portée de main que les affaires souvent utilisés, ainsi vous n’aurez plus besoin d’aller chercher la haut.
Pour tous les vêtements à accrocher, optez pour une penderie escamotable et pour vos étagères en hauteur des panières munies d’une anse afin de les faire glisser facilement.
Bien sûr, pensez à bien éclairer tous les recoins de votre dressing.

L'aménagement de la salle de bains et des WC

Publié le 20 mai 2014

Dans ces pièces de la maison, les accidents sont fréquents pour les personnes dépendantes. Comment sécuriser les lieux tout en leur permettant de conserver leur intimité? Des installations simples permettent de diminuer les risques.

Prévenir les chutes

Afin d'éviter les chutes qui sont fréquentes dans la salle de bains, il est nécessaire d'ôter tous les tapis proches des toilettes et d'opter pour un carrelage anti-dérapant ou le cas échéant, pour des bandelettes antidérapantes.

Le revêtement de sol doit être étudié en fonction des besoins de la personne, plus particulièrement si elle utilise une aide pour se déplacer.

Faciliter l'entrée dans la pièce

La meilleure solution, si le budget le permet, est de faire installer des portes coulissantes pour permettre un accès plus facile, surtout si la pièce est étroite. Pensez sinon à choisir une ouverture vers l'extérieur.

Sécuriser les équipements

  • Le lavabo

Pour permettre une utilisation optimale à la personne dépendante, il est conseillé de poser une barre d'appui. Pensez également à dégager le dessous du lavabo pour l'accès en fauteuil ou pour laisser la possibilité d'être assis devant. Le robinet mitigeur est également à privilégier.

Ces différentes précautions permettront de mieux appréhender les difficultés fréquentes : robinet difficile à ouvrir, appui sur le lavabo pour sortir de la baignoire, problème de hauteur du lavabo...

  • La douche et/ou baignoire

Ces endroits présentent de nombreux risques et doivent être aménagés afin de les minimiser.

Pour la douche, le banc de douche et les barres de maintien apparaissent comme indispensables pour entrer dans la cabine en toute sécurité. Afin de ne pas glisser pendant la douche, pensez à poser un tapis anti-dérapant ou à installer un siège de douche.

Le nec plus ultra serait l'installation d'une douche à l'italienne mais ce dispositif est plus coûteux et plus technique.

Concernant la baignoire, des barres d'appui (murales et sur la baignoire) permettront de faciliter l'entrée et la sortie. En fonction des besoins de la personne, il faudra également penser à installer un siège de bain ou une planche de bain. Le tapis anti-dérapant est également indispensable.

Pour la douche comme pour la baignoire, le robinet mitigeur sera plus simple à actionner.

Ces aménagements faciliteront l'accès à la douche et à la baignoire et éviteront considérablement les risques de chute. Cela permettra également d'apporter plus de confort à la personne durant son bain ou sa douche.

  • Les toilettes

L'installation d'un rehausse WC permettra d'adapter la hauteur de la cuvette aux besoins de la personne. Des barres d'appui relevables ou fixes l'aideront pour s'installer et pour se relever. 

Aménager le salon d’une personne dépendante

Publié le 20 mai 2014

Lorsque l’on choisit de laisser une personne dépendante à domicile, seule ou en cohabitation, de nombreux aménagements sont nécessaires pour qu’elle puisse se déplacer facilement et bénéficier de tous les équipements présents, qu’il s’agisse des meubles, des rangements ou des appareils électriques. Quelques conseils pour aménager au mieux son salon, lieu de vie familial et de détente.

Du mobilier adapté

Le mobilier, en particulier les chaises ou les canapés et fauteuils est rarement adapté aux personnes âgées ou handicapées. Souvent trop bas, elles ont du mal à s’y asseoir et à s’en relever.

Astuces :

  • Les barres d’appui : installées à côté du fauteuil ou du canapé, elles aident la personne à s’installer et à se relever ;
  • des coussins releveurs : en s’inclinant vers le haut ou vers l’avant, ils accompagnent la personne pour se relever ;
  • des pieds rehausseurs : en surélevant le canapé, le fauteuil ou la chaise, ils permettent aux personnes en difficulté de s’asseoir et se lever sans effort.

Des rangements accessibles sans encombre

Les meubles de rangement, les étagères, la bibliothèque ou encore les placards doivent être accessibles sans difficulté. Réduisez le nombre de meubles et d’objets encombrant (tapis, vases au sol) au minimum, surtout si la personne utilise un déambulateur ou un fauteuil roulant.

Astuces :

  • Fixer les tapis au sol avec du double-face ou des bandes antidérapantes ;
  • placer les objets les plus utilisés de manière à les rendre les plus accessibles possible ;
  • utiliser une pince pour attraper les objets.

Des appareils technologiques faciles à utiliser et bien rangés

La télévision, le téléphone, la radio : tous ces objets du quotidien doivent être simples à utiliser. Le téléphone par exemple doit sonner assez fort pour être entendu immédiatement et éviter les chutes lorsque l’on se précipite pour répondre. La prise en main de ces appareils doit aussi être la plus simple possible. Les fils de ces appareils ne doivent pas dépasser et se trouver dans le passage.

Astuces :

  • L’amplificateur de sonnerie permet d’augmenter le volume de la sonnerie du téléphone ;
  • choisir une télécommande et un téléphone avec de grosses touches et des chiffres bien visibles. Opter pour un téléphone qui se décroche automatiquement lorsqu’on saisit son combiné ;
  • regrouper les fils électriques et les attacher entre eux avec un lien ou un tube range-câbles, ou les accrocher au mur.

Un éclairage optimal

Bannir les éclairages trop faibles pour faciliter les activités du quotidien et éviter les chutes.

Un revêtement de sol adapté

Le revêtement de sol sera choisi de façon à faciliter les déplacements, notamment si la personne utilise un déambulateur, un fauteuil roulant, une béquille... On évite ainsi les chutes et les efforts inutiles.

Privilégier la sécurité dans son habitat

Publié le 20 mai 2014

Sécuriser la maison d'une personne âgée implique en premier lieu d' adapter l'aménagement à sa pathologie et à ses besoins. L'aménagement doit être organisé afin de prévenir les risques fréquents de chute. Différentes précautions doivent être prises selon les cas, nous nous intéresserons dans cet article à trois types de déficience. 

La motricité diminuée

La personne âgée a une mobilité diminuée et devra avoir recours à différents outils pour l'aider dans ses déplacements (canne, fauteuil roulant, déambulateur)

Dans la chambre, il est préférable de favoriser les portes coulissantes pour les placards.

Afin d'éviter les risques de brûlures, privilégiez les robinets thermostatiques dans la cuisine et la salle de bain.

La personne âgée devra faire attention à avoir les pieds bien chaussés : chaussons fermés par exemple.

Malgré ces outils et ces précautions, dans certains cas, la personne devra tout de même recourir à l'aide d'un membre de sa famille ou d'un(e) assistant(e) de vie.

La vue diminuée

La diminution progressive de la vue peut se révéler être un véritable handicap dans la réalisation des tâches quotidiennes.

De manière générale, le carrelage clair et brillant n'est pas adapté car il reflète la lumière et perturbe donc la vue. Pour la salle de bain et les WC, il sera donc préférable de privilégier un sol mat et plus foncé.

Nous conseillons de ne pas installer des plaques en vitrocéramique dans la cuisine car elles présentent de graves risques de brûlures et des difficultés d'utilisation. 

L'audition diminuée

Elle peut concerner les personnes sourdes ou malentendantes, dans un cas la déficience est très profonde, dans l'autre cas, elle est modérée ou sévère. Le degré et l'intensité varient selon les cas et diminuent la possibilité de communiquer.

Les problèmes d'audition constituent un véritable frein au travail.

Pour que la personne âgée puisse continuer à profiter de la télévision, pensez à installer un décodeur afin d'afficher des sous-titres durant les émissions.

La surdité, selon son degré, peut empêcher d'entendre la sonnerie du réveil. Il existe cependant un appareil permettant de brancher le réveil à un outil qui vibrera sous le matelas.

 

 

Aménager l'entrée, les couloirs et les escaliers

Publié le 27 oct 2014

Pour les personnes affaiblies ou en situation de handicap, il est primordial d'aménager leur domicile afin de faciliter leurs déplacements. Voici quelques conseils d'aménagement pour optimiser les escaliers, les couloirs et l'entrée et limiter ainsi tout risque de chute.

Les escaliers et les couloirs

Les couloirs et les escaliers, lorsqu'il y en a, sont des lieux où l'on passe régulièrement, c'est pourquoi il est important d'optimiser leur aménagement.

Ces deux endroits doivent être bien éclairés, l'idéal étant d'installer des lampes avec détection de mouvement, surtout pour les personnes qui se lèvent durant la nuit. Il faut également penser à libérer le passage en supprimant le maximum de meubles encombrants. Pour servir d'appui pendant les déplacements, mieux vaut installer des mains courantes de chaque côté plutôt que des meubles, non sécuritaires.

Les escaliers doivent faire l'objet d'une attention particulière car ils sont souvent la cause de mauvaise chute. Pour les sécuriser, il faut fixer sur le nez des marches, de l'antidérapant ainsi que des bandes réfléchissantes qui les rendra plus visibles.

L'entrée

L'entrée est la pièce de la maison qui donne sur l'extérieur. Il est impératif de la rendre facile d'accès afin que la personne en situation de handicap ne se sente pas découragée de sortir.

Comme dans les autres pièces de la maison, l'éclairage de l'entrée doit être suffisant, afin de limiter les risques de chutes. Il peut également être pratique d'installer des lampes avec détection de mouvement. 

Dans ce même but, il faut supprimer les tapis ou les fixer avec de l'adhésif ou de l'antidérapant, regrouper les fils électriques et les "ranger" et s'assurer que le sol n'a pas d'irrégularité. 

Les personnes âgées peuvent ne pas entendre la sonnette d'entrée, il est donc conseillé d'installer un amplificateur de sonnerie.

Si le seuil de porte est trop haut et difficilement franchissable, que ce soit en fauteuil ou non, l'idéal est de rehausser un peu le sol lorsque cela est possible ou sinon, d'installer une rampe de seuil.

Enfin, si à l'extérieur de l'habitation il y a des escaliers, il faut, comme pour ceux de l'intérieur, aménager une double main courante ou sinon une rampe d'accès.