Qu'est-ce que l'arthrose ?

Publié le 7 mai 2015

L’arthrose, maladie connue de tous mais trop souvent sous-estimée, touche pourtant 10 millions de Français. Les premiers signes visibles apparaissent généralement à l’âge de 40-50 ans. Touchant les articulations, l’arthrose se caractérise par des douleurs et des difficultés engendrées par les mouvements et les déplacements de la personne concernée.

Mécanisme de l’arthrose

Maladie chronique touchant les articulations, l’arthrose a pour origine une usure importante du cartilage et plus généralement de l’articulation. En effet, le cartilage altéré s’amincit et produit des petits fragments qui finissent par se détacher.

D’autre part, le liquide synovial, qui permet la lubrification de l’articulation, est produit en quantité anormale conduisant à la dilatation de l’articulation.

Cette situation conduit à une perte de souplesse du cartilage provoquant le frottement des deux os et l’apparition d’excroissance osseuse.

L’arthrose peut toucher n’importe où. Sont principalement concernés :

  • Les lombaires et les cervicales,
  • Le genou,
  • La main,
  • La hanche,
  • La cheville,
  • L’épaule.

Des symptômes avant-coureurs

L’arthrose est facilement détectable sur simple visite chez le médecin.

Le premier symptôme visible est la douleur. On parle dès lors de « douleur mécanique ». Cela signifie qu’elle apparaît au moment d’effectuer le geste ou le déplacement. Mais elle s’apaise voire cesse au repos. Par ailleurs, l’intensité de la douleur devient progressive au fur et à mesure de la journée  pour atteindre son point maximum en soirée.

Le deuxième symptôme appelé « gêne fonctionnelle », se traduit par une raideur réduisant la mobilité de l’articulation touchée par l’arthrose.

Pour confirmer le diagnostic, une radiographie doit être pratiquée.

L'origine de l’arthrose

Publié le 7 mai 2015

Maladie handicapante, l’apparition de l’arthrose chez un individu peut avoir diverses causes. Pour un certain nombre de cas, l’origine est difficilement identifiable. En revanche, pour d’autres, il existe des prédispositions génétiques ou des facteurs favorisant le développement de la maladie.

Hérédité

Certaines personnes ont des prédispositions génétiques. Les chercheurs ont remarqué qu’au sein d’une même famille, une femme a plus de chances d’être touchée par l’arthrose si un autre membre féminin de sa famille, a auparavant développé la maladie. Le risque est même multiplié par trois.

Activité physique

Certaines activités peuvent favoriser l’apparition de l’arthrose. Par exemple, la pratique d’un sport violent, le port de charges lourdes ou la répétition de certains gestes au travail.

Par ailleurs, les personnes ayant souffert de traumatismes articulaires ont un risque plus élevé d’avoir de l’arthrose dans les années à venir. Celles qui ont été victimes de dommages au niveau des ligaments croisés, ont ainsi 6 à 7 fois plus de chance d’en souffrir plus tard.

Mode de vie

De nombreuses études ont démontré qu’un poids excessif peut être mauvais pour les articulations notamment en cas d’obésité.  Le genou est le premier concerné avec un risque multiplié par 7. De plus, les adipocytokines (substances provenant de la graisse péri-ombilicale) se collent aux récepteurs de l’articulation provoquant une inflammation et favorisant le développement de l’arthrose.

L’âge et le sexe

Avec l’âge avançant, on constate une augmentation des cas d’arthrose notamment chez les femmes après la ménopause. Cependant, il n’a pas été scientifiquement prouvé que l’âge et le sexe sont à l’origine de l’apparition de l’arthrose.

Autres facteurs

Il existe encore de nombreuses causes qui peuvent expliquer l’apparition de l’arthrose chez un individu. Par exemple, si celui-ci présente une anomalie anatomique des articulations des membres inférieurs.

Dans tous les cas, il est nécessaire d’aller voir le médecin pour établir un diagnostic précis et ainsi recevoir le traitement adéquat.

 

 

Les aliments pour prévenir et soulager de l’arthrose

Publié le 7 mai 2015

L’alimentation joue un rôle important dans la prévention et l’apaisement de la douleur provoquée par l’arthrose. Manger équilibrer est donc essentiel pour retrouver un poids adapté à votre corps, renforcer vos défenses antioxydantes et soulager les inflammations.  Voici nos conseils.

Les fruits et les légumes, apporteurs d’antioxydants

Star de nos assiettes en toute circonstance, les fruits et légumes sont essentiels pour avoir une alimentation équilibrée. Dans le cas de l’arthrose, plus la douleur devient intense, plus le nombre de radicaux libres devient important.

Pour les combattre, le corps doit avoir des antioxydants. Ceux-ci se composent notamment de vitamines (A, E et C), des polyphénols et des caroténoïdes. Pour les trouver, certains aliments doivent être privilégiés :

Pour les légumes, on opte pour :

  • Les crucifères (chou rouge, chou-fleur, brocoli, rutabaga, navet, radis noir …),
  • Les « colorés » (carotte, tomate, poivron, …),
  • Les légumineuses ou légumes secs (pois, lentilles, fèves et haricots),
  • Les noix.

Pour les fruits, sont concernés :

  • Les fruits et baies rouges (framboises, canneberge, myrtille …),
  • Les fruits secs (pruneau, datte …),
  • Les fruits exotiques (kiwi, ananas …),
  • Les agrumes (orange, mandarine, citron …).

Des épices et de l’huile pour lutter contre l’inflammation

Contrairement aux idées reçues, les épices sont les aliments les plus riches en antioxydant mais possèdent aussi des vertus anti-inflammatoires. En première ligne, on retrouve le curcuma et le gingembre. Pour optimiser l’assimilation des actifs, il est recommandé de les associer à de l’huile d’olive ou du colza.

D’une part, ces mélanges permettent de réduire la vitesse de propagation de l’arthrose. D’autre part, ces huiles permettent de rééquilibrer les apports en oméga-3 et 6. Dans les deux cas, les douleurs articulaires s’en trouvent réduites.

Les produits de la mer pour soulager des douleurs et préserver le cartilage

Les bonnes graisses sont essentielles pour lutter contre les inflammations. Il est donc important de réduire les graisses saturées qu’on peut retrouver dans les produits laitiers ou les viandes riches. Il est ainsi recommandé de se tourner vers les poissons contenant de l’oméga-3 parmi lesquels le saumon, le hareng, la sardine ….

Pour préserver le cartilage, les crustacés et les coquillages sont incontournables. En effet, la carapace renferme de la chitine qui permet de créer de la glucosamine qui compose le cartilage et donc de le préserver. Par ailleurs, le coquillage est à lui seul source de minéraux, d’oligo-éléments, de vitamines …..

De manière générale, il est recommandé de limiter au maximum les aliments salés et sucrés ainsi que les matières grasses. Par ailleurs, un régime alimentaire équilibré doit s’accompagne de 30 minutes d’activité physique quotidienne.

Les bienfaits de la cure thermale pour traiter l'arthrose

Publié le 7 mai 2015

Le thermalisme est un lieu privilégié pour soigner ses problèmes de rhumatisme. Depuis des siècles, des personnes souffrant d’arthrose viennent trouver un moyen de soulager leur corps grâce aux soins thermaux, aux exercices, aux séances de kinésithérapie ….

Quels soins proposés ?

En règle générale, la cure thermale dure 3 semaines. Il y a 2 grands types de soins : généraux et locaux.

Dans les soins généraux, on retrouve des bains chauds ou en vapeur, des applications de boue, des massages, des jets de douche …. Dans les soins locaux, on retrouve en grande partie les mêmes traitements. En revanche, ils ciblent une zone particulière du corps à traiter.

Quels effets bénéfiques sur l’arthrose ?

Rappelons que faire une cure thermale ne guérit pas du rhumatisme. En revanche, elle permet de soulager les douleurs et d’apprendre à mieux préserver ses articulations. Ses effets bénéfiques concernent notamment l’arthrose du genou, des cervicales et des hanches.

Ainsi, le thermalisme permet :

  • De soulager les douleurs articulaires en elles-mêmes
  • D’apprendre des exercices qui permettront de réduire les douleurs articulaires
  • D’apprendre à mieux manger pour avoir un régime alimentaire équilibré
  • De connaître les postures et les gestes à voir pour ne pas trop solliciter ses articulations …

Comment se faire prescrire une cure thermale ?

Votre médecin peut vous prescrire une cure thermale selon votre état de santé. C’est à cette seule condition que la sécurité sociale pourra prendre en charge une partie du remboursement. Le choix de l’établissement se fait d’un commun à accord avec les parties en présence.

Une fois que tous les justificatifs ont été envoyés à la sécurité sociale, le remboursement se fait à hauteur de 65% pour le séjour et de 70% pour la surveillance médicale.

Kinésithérapie

Publié le 13 mai 2015

La kinésithérapie est un traitement à part entière pour traiter les douleurs et les problèmes de mobilité liés à l’arthrose.

Les effets bénéfiques sur les articulations

La rééducation est un traitement naturel qui a de nombreux effets bénéfiques sur le corps. Les avantages :

  • Récupérer ou stabiliser la mobilité du patient en renforçant la force musculaire et en améliorant la souplesse des articulations. Cela permet de stimuler l’amplitude des gestes et des mouvements ;
  • Consolider la musculature afin de maintenir les articulations et prévenir les déformations. De ce fait, les exercices permettent de favoriser la stabilité articulaire ;
  • Réduire les douleurs par des massages adaptés aux besoins du patient ;
  • Lui apprendre les bonnes positions et gestes afin de prévenir les déformations et réduire les douleurs.

Des séances de kinésithérapie sous prescription

Votre médecin peut vous prescrire des séances de kinésithérapie. A ce titre, le kinésithérapeute :

  • Va travailler sur vos articulations pour soulager vos souffrances ;
  • Vous apprendre des exercices que vous pourrez refaire à votre domicile ;
  • Et vous aider à retrouver une amplitude de mouvements suite à la pose d’une prothèse.

La prothèse du genou

Publié le 13 mai 2015

Lorsque les traitements naturels et médicamenteux n’ont pas fonctionné pour apaiser les douleurs liées à l’arthrose, la chirurgie du genou devient une voie à explorer sérieusement.

Qui est concerné ?

Avant d’en arriver à la chirurgie, le médecin doit d’abord explorer toutes les alternatives possibles. En effet, la pose d’une prothèse est un acte chirurgical irréversible qui nécessite de suivre une longue rééducation par le patient.

Trois conditions sont nécessaires pour qu’une personne puisse bénéficier d’une pose de prothèse :

  • l’arthrose est à un stade très avancé au point de devenir un véritable handicap dans la vie quotidienne,
  • les autres traitements prescrits sont devenus inefficaces pour réduire la douleur des articulations,
  • le patient ne doit être ni trop âgé, ni trop jeune.

C’est à ce moment-là que le médecin prendra la décision d’opérer ou non.

La pose de la prothèse

Pour préparer l’opération, un bilan radiologique et clinique doit être réalisé.  En règle générale, la durée d’hospitalisation dure au minimum 7 jours.

Concernant l’acte en lui-même, il a lieu sous anesthésie générale ou loco-régionale.

On distingue notamment deux types d’intervention :

  • la prothèse totale du genou (la plus fréquente) qui consiste à remplacer l'articulation dans sa totalité,
  • l'ostéotomie (elle concerne l’arthrose du genou) qui consiste à enlever une partie de l’os pour changer l’axe du tibia.

Un suivi médical pour des effets à long terme

Suite à l’opération, une rééducation doit être suivie scrupuleusement. Elle doit permettre au patient de retrouver plus rapidement sa capacité à marcher et à bouger normalement sur le long terme.

Quoiqu’il en soit, le patient doit être suivi de manière régulière soit par son généraliste ou un rhumatologue, qui doit être complété par des visites chez le chirurgien pour effectuer un bilan de santé.

 

 

Traitement naturel

Publié le 13 mai 2015

L’arthrose est une maladie qui ne peut être guérie. En revanche, il existe de nombreux traitements qui permettent de ralentir son expansion et soulager la douleur. En règle générale, on distingue les traitements naturels aux médicaux.

Alimentation : avoir une bonne hygiène alimentaire
  • En cas de surpoids ou d’obésité, une perte de poids permet de réduire la  surcharge pesant sur les articulations
  • La consommation de certains aliments, d’huiles et d’acides gras permet de protéger le cartilage et de réduire l’intensité des douleurs
  • Découvrez nos conseils sur les aliments adaptés à l’arthrose (lien vers la page)
Aides au déplacement : soulager les articulations
  • L’usage de la canne, l’orthèse de repos pour le pouce, les semelles orthopédiques … sont des accessoires qui permettent de soulager les douleurs et de moins solliciter les articulations
  • Adapter son domicile à ses besoins pour prévenir les douleurs (ex : douche plain-pied, barre de maintien, mobilier ergonomique …)
  • Adapter son environnement professionnel (ex : bureau, chaise …)
Soins naturels : se soigner en douceur
  • Traiter les douleurs par la chaleur (douleurs issues de spasmes musculaires et de raideurs) et le froid (inflammation)
  • La cure thermale permet de soulager les douleurs et apprend aux curistes à mieux s’alimenter, se positionner et les mouvements à éviter
  • La kinésithérapie offre les mêmes avantages que la cure thermale. Elle permet aussi de renforcer les muscles et les risques de déformation. Par ailleurs, de nombreux exercices pourront être reproduits à domicile
Activité physique : privilégier les sports doux
  • La pratique du sport est essentielle car elle favorise l’entretien, la stabilité et la mobilité des articulations
  • Elle permet de réduire la douleur
  • Il est fortement déconseillé de pratiquer des sports violents ou demandant un grand effort

Traitement médicamenteux

Publié le 13 mai 2015

Lorsque les moyens naturels sont peu efficaces, le médecin prescrira aux patients des traitements plus lourds. Seuls dans les cas extrêmes, une opération chirurgicale peut se révéler nécessaire.

Analgésique / Anti-douleur
  • Le paracétamol est le 1er médicament utilisé pour lutter contre les douleurs. S'il se révèle inefficace, des anti-douleurs plus puissants peuvent être prescrits
  • La posologie doit être respectée scrupuleusement pour éviter les effets secondaires
Anti-inflammatoire
  • En cas de douleur intense ou d'inflammation importante, des anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent être prescrits (ibuprofène …)
  • Il en existe aussi sous forme de gel, de crème qui s'appliquent sur des petites articulations (genoux, doigts)
Anti-arthrosique
  • Ces médicaments sont réservés uniquement au traitement de l’arthrose
  • Ils permettent de réduire l’intensité de la douleur
  • Les effets bénéfiques n’interviennent que quelques semaines après la 1è prise et se prolongent quelques semaines après la fin du traitement
Infiltration / Injection
  • Cette technique permet d'injecter le produit directement dans les articulations devenues trop douloureuses
  • L'injection de corticoïdes est utilisée en cas d'inflammation importante permettant d'éviter les effets secondaires lors de la prise orale d'anti-inflammatoires anti-stérodiens
  • L'injection d'acide hyaluronique a pour objectif de faciliter le glissement du cartilage permettant d'améliorer le fonctionnement de l'articulation
Chirurgie
  • Elle est utilisée en dernier recours lorsque les autres traitements ont échoué