Le monte-escalier classique ou « droit »

Publié le 9 mar 2015

Ce modèle s’adapte à la majorité des escaliers et se caractérise par sa simplicité de fonctionnement et d’installation : un ou plusieurs rails droits, composés le plus souvent d’aluminium, sur lesquels se déplacent un fauteuil électrique.

Par conséquent, bien que les prix varient selon les installateurs, les coûts de main-d’œuvre sont moindres par rapport au prix du marché, étant de l’ordre de 3 000 euros.

Généralement il s’utilise par le biais de panneaux de commande situés à la fois en haut et en bas de l’escalier. Sur le siège figure également un boitier permettant de gérer la vitesse, la rotation et l’inclinaison du fauteuil élévateur.

Ce type de monte-escalier est particulièrement adapté aux courtes ascensions et se monte principalement sur les escaliers droits. Vous pourrez également souscrire à une multitude d’options afin d’améliorer votre sécurité ou votre confort, comme la pose d’une ceinture de sécurité ou un système de coupe-circuit.

Enfin, s’il s’agit de se déplacer sur plusieurs étages, sachez qu’il n’est plus possible d’utiliser un monte-escalier classique à cause des liaisons entre paliers. Dans ce cas-là, il faudra avoir recours à monte-escalier courbe.

Le monte-escalier courbe ou « tournant »

Publié le 9 mar 2015

Cet appareil est utilisé dans le cas de configuration d’escaliers plus complexes, notamment tournants ou en colimaçon. Toutefois, il est également possible d’installer ce type de modèle sur un escalier droit dès lors qu’il s’agit de relier plusieurs étages.

L’inverse n’est pas réalisable car il n’est pas possible d’adapter les rails d’un monte-escalier droit à un escalier en courbe. Son utilisation est similaire au monte-escalier droit. La différence se situe au niveau de son installation, plus longue selon la complexité de votre escalier, particulièrement en ce qui concerne la pose des rails courbés.

En conséquence, les coûts sont plus importants, variant entre 4 000 et 10 000 euros selon la taille et la configuration de votre escalier.

Ce modèle a comme avantage de pouvoir emprunter des passages étroits ainsi que d’effectuer des virages brusques. Enfin, puisque ce type de fauteuil électrique intègre un système plus complexe que le modèle classique, certaines options de confort et de sécurité sont généralement déjà fournies par le fabricant.

Le monte-escalier perche

Publié le 9 mar 2015

Cette catégorie d’appareil est sollicitée lorsque l’escalier est trop étroit et qu’il n’est pas possible pour l’utilisateur de plier ses jambes pour s’asseoir.

Si l’installation reste classique et intègre les mêmes avantages qu’un monte-escalier standard, le modèle diffère au niveau de son utilisation car l’utilisateur n’est pas complétement assis sur le fauteuil. Il s’agit d’un siège d’appoint surélevé qui vous permettra de rester debout tout en conservant un confort d’utilisation. Son encombrement est réduit au maximum, lui permettant d’être installé dans des escaliers de moins de soixante centimètres de large.

Tout comme le monte-escalier classique, il intègre des panneaux de commande aux deux extrémités de l’escalier ainsi qu’un boitier figurant sur l’appareil. L’utilisateur est également assuré par une ceinture de sécurité puisque la position est moins stable. Cependant, il convient de réfléchir à long terme sur l’achat de cet appareil puisque son utilisation requiert une bonne stabilité.

Quant à son prix, il reste similaire à celui d’un monte-escalier standard. Enfin il faut savoir qu’un fauteuil élévateur classique peut intégrer un siège « perche » en option si plusieurs personnes utilisent l’appareil mais n’ont pas des besoins similaires. Il faudra alors compter une dépense supplémentaire de 200 euros, soit environ 5% de plus du prix d’un fauteuil élévateur classique.

La plateforme d’escalier ou « plateforme élévatrice » et le mini-ascenseur

Publié le 9 mar 2015

Si un monte-escalier standard suffira à une personne ayant seulement des difficultés à se mouvoir, pour une personne à mobilité réduite qui se déplace en fauteuil roulant, ce modèle ne sera pas adapté. Ainsi il faudra avoir recourt à une plateforme d’escalier.

La différence de fonctionnement réside dans le fait que le siège est remplacé par une plateforme dont le plateau se déploie pour permettre à l’utilisateur de monter avec son fauteuil. Une fois à l’intérieur, la rampe d’accès se replie et les portes, ou la barre de sécurité, se referment. En conséquence, contrairement au monte-escalier standard, la plateforme peut supporter jusqu’à 250 kg.

Appelée d’en bas ou d’en haut de l’escalier, l’appareil se manie à l’aide d’une manette de commande. Son installation nécessite le plus souvent la pose de deux rails inférieurs et supérieurs et en terme de configuration, la plateforme requiert un escalier assez large.

Tout comme les autres modèles, il existe une multitude d’options comme les commandes vocales ou la mise en place d’un accès latéral. Dès lors, le prix peut varier entre 4 000 et 12 000 euros.

Enfin, il faut également savoir qu’il existe d’autres modèles de plateformes, plus élaborés et intégrant des principes similaires aux plateformes d’escalier, appelés mini-ascenseurs.

Destiné aussi bien aux personnes valides qu’aux handicapés, le mini-ascenseur permet d’accéder à tous les étages du domicile, pouvant aller jusqu’à dix mètres de hauteur. Son prix reste relativement identique aux plateformes traditionnelles.

Le monte-escalier d’extérieur

Publié le 9 mar 2015

Si ce modèle ne diffère pas énormément d’un monte-escalier classique ou d’une plateforme dans son utilisation, la différence majeure réside dans le fait qu’il est capable de résister aux intempéries.

En effet, la principale contrainte d’une installation extérieure est en grande partie liée à l’environnement.

Dès lors les matériaux utilisés sont spécialement traités pour résister à différents facteurs tels que la chaleur ou les rayons ultra-violets. Ces traitements entraînent en conséquence une hausse du prix d’installation de 10 à 15% par rapport au monte-escalier classique.

De manière générale, ils suivent le même schéma d’installation qu’un fauteuil élévateur standard, autrement dit suivant une pente ascendante linéaire.

Enfin il faut savoir que ce modèle convient spécifiquement aux utilisateurs qui doivent nécessairement emprunter un passage extérieur pour accéder ou sortir de leur domicile.

Il est donc nécessaire de toujours prendre compte l’état de santé physique de la personne et choisir votre modèle en conséquence.

Autres modèles de monte-escaliers

Publié le 9 mar 2015

La chaise élévatrice

Si l’installation d’un monte-escalier, d’une plateforme d’escalier ou d’un mini-ascenseur n’est pas possible pour des raisons de place, une solution alternative existe à travers la chaise élévatrice. Contrairement à un monte-escalier standard, le rail n’est pas fixé sur les marches de l’escalier mais au plafond, transportant un fauteuil fixé à l’extrémité d’un bras métallique, permettant d’accéder aux étages. Ainsi la circulation dans l’escalier n’est pas entravée et le temps d’installation est d’autant plus réduit. Pour les personnes circulant en fauteuil roulant, il existe également d’autres modèles plus adaptés équipés de harnais très résistants. Le principe d’utilisation d’une chaise élévatrice est quasiment identique au monte-escalier standard. Son prix d’installation est également comparable à celui d’un modèle classique, entre 3 000 et 8 000 euros, ceci incluant la possibilité de souscrire à des options complémentaires.

Le monte-escalier mobile

Contrairement aux modèles classiques, cet appareil ne peut être utilisé seul et nécessite la présence d’un tiers pour pouvoir être activé. Le principe d’utilisation est simple et permet de faire monter ou descendre des marches de vingt centimètres de hauteur à travers un système de fixation. Utilisé aussi bien pour un siège qu’un fauteuil roulant, l’intérêt de ce modèle réside dans le fait qu’il peut être fixé n’importe où, sur n’importe quel siège et sur n’importe quel escalier. Il nécessite cependant la présence d’une autre personne afin de le mettre en place. En ce qui concerne le coût d’acquisition, il faudra compter environ 6 000 euros.

Le fauteuil monte-escalier

Pour remédier à des problèmes d’encombrement et d’installation, le fauteuil monte-escalier permet de bénéficier des avantages de mobilité et d’autonomie aussi bien en intérieur qu’en extérieur. Il ne sera pas nécessaire de quitter son siège ni d’investir dans un dispositif d’installation trop important. En effet ce fauteuil repose sur un double système, un mode route et un mode marche. A l’aide de chenilles et de capteurs infrarouges, le siège détecte automatiquement la présence de marches pour pouvoir les gravir. Il convient de préciser qu’il ne peut monter que des marches n’excédant pas vingt centimètres de hauteur. Le coût d’un tel dispositif est évalué à 10 000 euros, un montant pouvant être pris en charge à hauteur de 5 000 euros par la sécurité sociale.

Fonctionnement et installation d'un monte-escaliers

Publié le 9 mar 2015

Les problèmes de mobilité posent de véritables contraintes en terme d’accessibilité. Ainsi un simple escalier pourra rapidement devenir un obstacle, rendant parfois une partie du domicile inaccessible. Déménagement, réaménagement de l’espace ou envoi en maison de retraite étaient auparavant des décisions à envisager. Aujourd’hui d’autres solutions existent afin de faciliter le quotidien des personnes âgées.

Retrouver une autonomie et accéder facilement aux étages. Tels sont les objectifs primordiaux d’un monte-escalier, un appareil permettant ainsi de pallier à certaines difficultés de mobilité. Développé de manière à ce que chaque type d’utilisateur puisse y prendre place aisément, son usage se veut également fiable et sécurisé. En effet pratique et très simple d’utilisation, le fauteuil élévateur s’intégrera facilement au sein du domicile de par ses nombreuses possibilités de personnalisation. Qualité du siège, modularité et esthétisme pourront ainsi être personnalisés selon vos goûts et votre habitation.

Quelques caractéristiques techniques

En termes d’alimentation, le monte-escalier dispose le plus souvent d’une batterie qui se charge automatique sur une prise de secteur. Ainsi en cas de coupure de courant et sous réserve d’une charge suffisante, il sera toujours possible d’utiliser l’appareil. L’autonomie se chiffre quant à elle en dizaine d’utilisation tandis que la consommation électrique ne dépasse pas celle d’une lampe électrique classique. Pour finir, le fauteuil élévateur est conçu pour ne pas constituer une gêne pour l’entourage. Son installation se veut donc sans nuisance sonore ou spatiale.

Constitué généralement de trois ensembles à travers un bloc moteur électrique, des rails et un fauteuil, le monte-escalier repose sur un système simple d’utilisation. L’utilisateur n’a seulement qu’à s’installer sur le fauteuil et d’en actionner une commande. Dès lors la vitesse de déplacement ne doit pas être trop rapide. D’ordinaire, elle varie en moyenne entre 0,10 et 0,15 mètres par seconde. Ceci afin de ne pas être dangereux pour l’utilisateur. La taille d’un fauteuil élévateur diffère selon le modèle, chacun étant prévu pour s’adapter à n’importe quelle superficie. Quant à la charge maximale pouvant être supportée par le fauteuil, le seuil se situe entre 120 et 160 kg. Enfin pour garantir la sécurité des utilisateurs, chaque monte-escalier doit respecter certaines normes internationales (ISO 9001) et européennes (EN 29001), auxquelles il faut donc rester attentifs.

De la décision d’achat à l’installation

Avant toute installation, il est nécessaire de sélectionner le type d’appareil le plus adapté à vos besoins. Un conseiller technique pourra à cet effet se rendre à votre domicile pour déterminer le modèle le plus approprié. Au moment de l’achat, il convient de privilégier la sécurité, la fiabilité ainsi que la qualité de votre monte-escalier élaboré sur mesure. Il faut également savoir que le prix d’un monte-escalier varie selon le type de système, des options, de la gamme ainsi que des travaux nécessaires à son aménagement. Il existe à ce propos plusieurs aides de financement accessibles sous certaines conditions, par exemple sous forme de crédits à taux préférentiel ou de subventions d’organismes indépendants.

Une fois cette étape de sélection réalisée, il est préférable que l’installation du fauteuil élévateur soit réalisée exclusivement par des techniciens qualifiés déterminés par la société d’achat. En effet le temps de pose sera moindre et certains travaux ultérieurs pourront être pris en charge par la société d’installation, notamment la remise en état de vos meubles ainsi que le nettoyage du lieu après aménagement. Néanmoins il est possible de vous faire livrer l’appareil sans aucune installation. A cela plusieurs contraintes car d’une part les garanties du constructeur, en cas de dysfonctionnement ou de casse, ne s’appliqueront pas. D’autre part vous ne bénéficierez pas d’une réduction de la TVA sur le matériel, et vous n’obtiendrez pas non plus de crédit d’impôts. Rappelons que ceux-ci peuvent rembourser jusqu’à 25% du coût de l’appareil.

Il n’existe aucun plan de déroulement standardisé quant à l’installation d’un monte-escalier. Pour avoir un ordre d’idée, la durée moyenne de pose varie notamment entre deux et quatre heures pour un modèle classique, une journée pour un dispositif en courbe, et entre un et trois jours pour une plate-forme d’escalier. Néanmoins si le temps de montage varie selon le modèle, les options choisies ainsi que la configuration de votre domicile, de manière générale, l’installation en elle-même ne nécessite pas de travaux trop importants. L’opération principale sera la pose des rails dans l’escalier et en ce sens, une installation sur un escalier droit sera plus simple et moins coûteuse que celle sur un escalier en courbe. En effet celle-ci pourrait induire des frais supplémentaires liés notamment à la fabrication sur mesure des rails. Il faut également rappeler que la durée de fabrication est également variable, certains modèles étant effectivement fabriqués sur mesure.

Une fois l’installation effectuée par un technicien professionnel, le modèle ainsi que son fonctionnement détaillé vous seront présentés. Enfin généralement, quelques semaines après l’installation, un technicien viendra s’assurer du bon fonctionnement de votre fauteuil électrique.

Monte-escalier : tarifs et aides financières

Publié le 9 mar 2015

Pour les personnes âgées habitant dans une maison à étages, le monte-escalier est la solution pour se déplacer en toute sécurité. Cela vous facilite la vie au quotidien, mais cela constitue un lourd investissement. Cependant, l’Etat ne vous laisse pas tomber. Certains avantages vous sont offerts si vous faites installer ce type d’équipements.

Le coût est souvent rédhibitoire

Les prix des monte-escaliers varient en fonction de la configuration de vos escaliers. Le nombre d’étages, la hauteur et les obstacles font grimper les prix. Le coût dépend aussi du système choisi, de la gamme de matériaux choisie et des travaux à réaliser.

Le monte-escalier ne serait certainement pas un luxe pour vous. Cependant, il engendre une grosse dépense. Les prix varient de 3000 euros pour un monte-escalier droit à 15000 euros pour un mini-ascenseur. Ainsi, il faudra vous pencher sur la question du financement.

Attention aux conditions du financement

Il existe deux avantages fiscaux lorsque vous faites installer un monte-escalier à votre domicile. Ces avantages peuvent se cumuler. De nombreuses conditions doivent toutefois être réunies. Le premier avantage est un taux de TVA réduit à 5,5 %. Le second est un crédit d’impôt de 25 %.

Pour l’application de la TVA, il faut réunir les conditions suivantes :

- Votre maison doit être à usage d’habitation principale et être achevée depuis plus de deux ans.
- Vous devez être propriétaire, locataire ou occupant du logement
- Vous devez fournir une facture d’achat et de pose du monte-escalier. Le tout doit être fait par la même entreprise
- Si vous remplissez les conditions ci-dessus, vous devrez remplir une attestation en deux exemplaires avec votre installateur

Pour le crédit d’impôt, le législateur a prévu d’autres conditions :

- Votre habitation est votre résidence principale
- Vous devez être propriétaire, locataire, usufruitier ou occupant à titre gratuit
- Il existe des plafonds : 5000 euros pour une personne seule, 10000 pour un couple et 400 euros supplémentaires par personne à charge

Vous pouvez obtenir d’autres aides. Renseignez-vous auprès des caisses de retraite et des collectivités territoriales. Egalement, vous pouvez avoir droit à un crédit à taux réduit.