Publié le 15 oct 2015

Les troubles de la mémoire, que l’on peut aussi appeler pertes de mémoire ou troubles mnésiques, peuvent concerner la mémoire à long terme, la mémoire à court terme ou les deux. Ces troubles peuvent être bénins ou plus sévères. Ils peuvent être dus à un traumatisme, un traitement médicamenteux ou encore à une maladie.

Les différents types de troubles de la mémoire

Les types de troubles de la mémoire peuvent être très différents selon la localisation de la zone touchée et l’origine du trouble.

Il existe trois types de mémoire : la mémoire à long terme, la mémoire à court terme et la mémoire immédiate.

La mémoire à long terme : a une capacité illimitée. Elle concerne tout ce qui a été appris sans que l’on se souvienne l’avoir appris tel que la marche ou le fait de faire du vélo, ainsi que les évènements personnels importants ou les acquis liés à sa scolarité ou à sa profession.

La mémoire à court terme : également appelée mémoire du travail dure quelques secondes à quelques minutes. Elle permet de se souvenir de plusieurs informations en même temps. Par exemple, c’est elle qui est sollicitée dans le cadre d’un calcul mental.

La mémoire immédiate : est la capacité à garder un évènement en mémoire durant quelques dixièmes de secondes voire quelques secondes, comme le fait de retenir un nom, le temps de le noter.

Un évènement traumatique peut engendrer une distorsion de la mémoire, c’est-à-dire qu’il est mémorisé de façon durable, mais biaisée. Certains éléments du traumatisme seront ancrés dans la mémoire sur le long terme, de manière très précise, alors que d’autres éléments seront oubliés. Ce phénomène est dû à une libération de l’hormone du stress dans l’hippocampe au moment du traumatisme.

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie similaire sont sujettes à des troubles de la mémoire épisodique. Généralement, les souvenirs les plus anciens sont conservés plus longtemps que les souvenirs récents.

Concernant la maladie de Parkinson et la maladie de Huntington, c’est la mémoire procédurale qui est atteinte, certains automatismes sont oubliés.

Les personnes qui souffrent d’une atrophie des lobes temporaux sont atteints de ce que l’on appelle une démence sémantique. Ils oublient des mots, des informations ou des souvenirs anciens.

Des lésions du lobe frontal peuvent engendrer des troubles de la mémoire du travail, ce qui implique une difficulté à se concentrer et à faire deux tâches en parallèle.

Les causes des troubles de la mémoire

La plupart du temps, les troubles de la mémoire sont bénins. Ils peuvent être dus à une situation passagère liée à la fatigue, à une grande émotion ou encore au stress. Dans d’autres cas, ils peuvent être liés à un problème de santé comme une maladie dégénérative ou un traumatisme crânien.

Voici les différentes causes possibles des troubles de la mémoire sévères :

  • un AVC (Accident Vasculaire Cérébral)
  • une maladie dégénérative cérébrale telle que la maladie d’Alzheimer, la sclérose en plaques…
  • une tumeur du cerveau
  • des lésions cérébrales liées à un traumatisme physique

Voici les différentes causes possibles des troubles de la mémoire moins sévères et généralement réversibles :

  • certains troubles psychologiques tels que le stress, la dépression, le manque de sommeil...
  • les effets secondaires de certains médicaments (anxiolytiques, somnifères…)
  • la consommation de drogue ou d’alcool
  • une intoxication au monoxyde de carbone
  • un traumatisme
  • une carence en vitamines

Les “trous” de mémoire sont bénins et il est même normal qu’ils soient de plus en plus fréquents avec l’âge. Cela dit, si ces troubles deviennent une gêne au quotidien, il vaut mieux consulter un spécialiste afin d’identifier, si besoin, la cause de ces oublis et d’agir ainsi en fonction du diagnostic.